mercredi 20 février 2013

Le système de santé au Québec

Bon, en voila un sujet qui fâche tout le monde ici ! j'ai eu l'idée de vous en parler après 3h d'attente la semaine dernière dans une clinique pour faire inspecter mon orteil que je pensais fracturé. Et puis c'est un sujet important qui revient souvent dans les conversations (surtout entre immigrants !) et c'est tout simplement un thème vital !
La comparaison avec la France est naturelle pour nous qui connaissons maintenant les 2 systèmes. On peut dire avec le recul qu'on était plutôt gâté dans notre mère patrie car s'il y a bien ici quelque chose de tannant, c'est l'accès aux soins. Revenons à mon orteil : je me suis pointé vers 7h15 à la clinique dite "Sans rendez-vous" qui ouvrait à 8h. J'étais à peine surpris de voir une file de 15 personnes, plus matinales que moi sur ce coup là.
Quand les portes s'ouvrent enfin, il faut tout d'abord s'inscrire au secrétariat, donner la raison de sa présence et sa carte soleil (= carte d'assurance au régime public) et dans certaines cliniques, on peut même vous donner l'heure approximative de votre passage. Ce qui peut s'avérer pratique si vous désirez mettre à profit ce "temps libre" pour magasiner, rentrer chez vous... J'ai même découvert récemment un autre service appelé "1-2-3 Go" qui vous informe de votre position dans la file d'attente toutes les 60 minutes. Ca coute 4$ tout de même.
1, 2, 3... attendez !
Notre astuce pour l'attente c'est que lorsqu'un de nos enfants est malade, l'un de nous 2 (parents) fait la queue, ce qui évite d'attendre avec lui trop longtemps. Mais comme l'enfant doit être présent lors de l'enregistrement avec la secrétaire, il faut que le 2ème parent soit arrivé avec lui quand les portes s'ouvrent. Question de timing pas si facile, la dernière fois la secrétaire était en avance et j'ai trainé à arriver avec lui, laissant de précieuses places s'échapper !
Et si on arrive plus tard me diriez-vous ? vous risquez tout simplement de voir un panneau "Complet" s'afficher, vous obligeant à vous tourner vers une autre clinique qui risquera d'être complète à son tour. Moralité : il faut arriver tôt ! 
Le système s'améliore peu à peu cependant avec pour certaines cliniques un autre service téléphonique proposé que vous appelez la veille pour obtenir un rendez-vous. Pas le choix de l'heure évidemment mais au moins vous avez votre place assurée.
Autre système, celui de Bonjour-Santé qui permet la recherche via leur site des places disponibles proches de chez-vous mais là il faut mettre la main à la popoche (15$) et peu de cliniques sont référencées pour l'instant.



Une fois votre tour venu, vous pouvez enfin exposer votre problème. Ca peut se compliquer un peu à ce moment là car évidemment selon l'endroit où vous êtes allés, et quand bien même il s'agirait de votre clinique habituelle, le médecin peut ne pas être le même, ce qui pose un problème de suivi de votre dossier de santé. Globalement cependant, la qualité des soins dispensée est bonne mais comme on vient de le voir, c'est véritablement l'accès aux soins où ça coince.

Et le médecin de famille dans tout ça ? celui qu'on appelle pour un RV le jour-même, celui qui se déplace à domicile quand vous avez le dos bloqué, celui qui vous suit depuis de nombreuses années... ? c'est un oiseau de plus en plus rare malheureusement et ce pour plusieurs raisons : bureaucratie trop lourde, travail devenu complexe et salaire peu attirant comparé aux autres provinces canadiennes ou au voisin américain qui favorise donc l'exil de médecins pourtant formés au Québec (notamment à l'université anglo-saxonne de McGill à Montréal). Une solution pour limiter cet exode serait d'obliger les jeunes diplomés à exercer au Québec pendant un certain nombre d'années mais pour l'instant ça n'a pas été retenu par le gouvernement.

Quelques faits : 
- Avec un ratio de 111 médecins pour 100 000 habitants, le Québec arrive au 4e rang des provinces canadiennes. Par contre, seulement 75 % des Québécois ont accès à un médecin de famille.
- En comparaison, 91 % des Ontariens ont un médecin alors que l'Ontario compte beaucoup moins de généralistes, 92 pour 100 000 habitants.
- Le Québec compte 225 médecins pour 100 000 habitants contre 330 en France (ce qui n'empêche pas des déserts médicaux dans certains départements).

Pour combler le manque le Québec mise bien-sûr sur l'immigration. Problème : c'est un véritable parcours du combattant pour qu'un médecin diplomé à l'étranger puisse enfin exercer ici. En 2009, le Québec a même signé un accord dit de réciprocité avec la France pour faciliter les flux de médecins dans les 2 sens. Il s'agit de l'ARM,  Arrangements en vue de la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles des médecins (plutôt AVRMQPM que ARM mais je suppose qu'ils ont voulu faire court). Un médecin québecois peut donc poser ses valises en France et en quelques jours de démarches, exercer où bon lui semble. Le français au Québec quant à lui devra subir une semaine d'évaluation suivie d'un stage de 3 mois (payant à 12 000$) pour exercer ensuite pendant un an dans un cadre réglementé ou universitaire avant enfin de devoir passer l'examen final de la spécialité que passent les étudiants québecois. Ouch ! Pas si réciproque que ça finalement...



Autre solution pour désengorger les files d'attente : le service téléphonique Info-Santé du 8-1-1 qui permet de rejoindre une infirmière 24h/24, 7J/7 afin d'avoir un avis sur un problème de santé non urgent. Très pratique, on l'a utilisé à plusieurs reprises et ça peut éviter un déplacement pour rien à la clinique.

Bon, attendre quelques heures à une clinique passe encore, après tout notre ancien médecin en France nous faisait attendre au minimum 1h (ça nous paraissait énorme !) alors qu'on avait un rendez-vous. Car après tout si le symptome est grave, direction les urgences. Et là... il y a du travail, spécialement à Montréal où les temps d'attente sont trop élevés, une vingtaine d'heures en moyenne alors que la cible gouvernementale est de 12h. 

Pour bien choisir, on peut consulter ici (pour Montréal) en quasi-temps réel l'occupation des urgences (la première colonne est bien un % sur 100). Ca a au moins l'avantage de la  transparence.
Allez promis, la prochaine fois que je me casse quelque chose, j'irai aux urgences et je vous ferai le topo complet ! 

8 commentaires:

  1. hello
    du coup on ne sait pas comment va ton pied ?
    je suis d accord avec vous, vaut mieux ne pas avoir à aller aux urgences ...
    je sais pas si vous avez tentés mais qd vous consultez pour les enfants, demande si le médecin prend de nouveaux clients ; c est comme sa que ma quinette à un médecin de famille. Nous on est encore sur liste d'attente mais on s'est inscrits au CLSC

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'orteil va mieux merci !
      Pour le médecin de famille on est inscrit sur une liste mais de toute façon, même si on en avait un, on ne peut avoir un RV avant plusieurs semaines, ou mois. Donc je ne vois pas trop l'intérêt car bien souvent, on ne sait pas à l'avance quand on tombera malade ;)

      Supprimer
  2. Bonjour!
    Nous avons réussi à obtenir un médecin de famille (à Montréal) après 2 ans et demi d'attente. Nous avons un RDV début mars...ouf!!! C'est déjà mieux que rien. maintenant reste à savoir si ce médecin sera efficace...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allo !
      ah oui c'est une autre inconnue ça, selon sur qui on tombe, on s'en sort bien, ou pas ! le parcours du combattant continue...

      Supprimer
  3. Le bon point c'est que les urgences pédiatriques ne sont jamais encombrées et vos bouts de chou n'auront pas à attendre longtemps.
    Le relevé est mis à jour chaque jour à 11h donc il se peut que la situation évolue dans les heures suivantes :)
    Et un taux d'occupation ne veut pas dire forcément que vous attendrez longtemps car certains hôpitaux gèrent très bien leur haut volume de patients.

    Pour les cliniques sans rdv c'est un peu au petit bonheur la chance, j'ai déjà attendu 4h et plus dans une clinique versus 40 minutes dans un autre dans le même coin.

    Mangez bouger et restez le plus en santé possible

    Eff'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je me dis aussi, il faut tout faire pour rester en santé. Finalement le système a du bon ! ;)

      Supprimer